vendredi 30 mars 2007

Les fantômes des Corbières










En revenant de Fontfroide vers Lagrasse, on traverse les Corbières, paysage vallonné couvert de vignes et coincé entre la montagne d'Alaric au nord et les Pyrénées au sud.

A cet endroit, curieusement, on trouve beaucoup d' épaves de voitures abandonnées là depuis des lustres, souvent posées simplement au bord d'un champ. Telle cette 4cv attendant patiemment sous les amandiers de disparaître compètement.

Pourquoi en trouve t-on autant ici? Les vignerons seraient ils conservateurs?

Dimanche: du soleil à Fontfroide


Près de l'Abbaye de Fontfroide, dimanche le soleil et le vent étaient au rendez-vous, comme souvent dans cette région, d'ailleurs. Par les chemins qui partent derrière l'abbaye, et sur lesquels j'ai passé quelques heures intenses et transpirantes sur mon vélo, nous avons pu profiter d'une végétation à la fois rustique et dense (comprendre: qui griffe les mollets), mais n'avons pas pu profiter de ce joli chemin de pierre que vous voyez sur la photo (à gauche) car il était envahi par ladite végétation rustique et dense. Mais peu importe, après quelques escalades nous avons retrouvé notre route (à droite) et avons pu retourner à l'abbaye sans nous perdre, ce qui n'est pas un mince exploit, en revenant par un sentier enclavé qui suit le lit d'une rivière (à sec, évidemment, comme toutes les rivières dans ce coin, d'ailleurs je me demande si elles ont coulé un jour ou si les vallées n'ont pas été creusées au bulldozer pour attirer les touristes...)

jeudi 29 mars 2007

en attendant...


Voilà, quelques jours de vacances qui ont fait du bien: du soleil, puis de la neige, puis des promenades...bientôt les photos.

jeudi 22 mars 2007

aujourd'hui: des arbres


Beaucoup de photos présentées ici ont été faites au même endroit: un petit coin entre Caragoudes et Labastide-Beauvoir, au bord d'une route où il y a un moulin.
Sur la droite de la route on voit une forêt, mais quand on y pénetre par le petit chemin, on s'aperçoit qu'il ne s'agit que d'une étroite bande d'arbres qui s'ouvre sur un vallon découvert, parsemé de plantations de jeunes sapins et autres arbustes. Ce vallon est entouré de bois, de sorte qu'il est isolé de tous côtés. En bas, des allées boisées plus ou moins entretenues qui communiquent avec le terrain d'une grande maison ou un château.
Dans tout cela, des tas de fleurs, herbes, arbustes...c'est le refuge des insectes, des rongeurs, des oiseaux, d'une petite population de lièvres, j'y ai vu un faisan une fois.
Bref, il y a de quoi s'occuper.

mercredi 21 mars 2007

Le comportement des coccinelles





Se promenant tranquillement sur les aiguilles de sapins, les coccinelles gloutonnent les pucerons qui passent par là. Mais qu'on s'approche un peu, et elles se figent, ne bougent plus, il faudrait leur dire que leur camouflage n'est pas au point, mais au moins elles en deviennent faciles à observer.

Mais essayez donc de les toucher pour les orienter sous un meilleur angle, là on pourrait penser qu'elles s'envoleraient à tire-d'elytres, mais non point du tout, les voilà qui lâchent prise, se laissent tomber jusqu'au sol ou à une branche plus basse rencontrée par hasard.

mardi 20 mars 2007

a bug's life de très très près...


Tentative de haute voltige technique vendredi soir: en tenant (à la main) mon 50mm, inversé devant le 50mm d'agrandisseur lui même inversé et monté sur bague allonge, j'obtiens un grandissement assez impressionnant.

Bon, il y a encore de la mise au point à faire, notamment pour améliorer la géométrie de l'ensemble, car je pense que la qualité d'image pourrait etre meilleure. Il faudrait surtout que je trouve le moyen d'assujettir ces objectifs de manière solide, ce qui sera plus pratique.

Et puis limitation d'usage aussi: la mise au point est si proche qu'elle se situe quasi contre la lentille.

La punaise représentée ici doit mesurer environ 8mm (l'image n'est pas recadrée). Je l'avais perdue un moment: elle était en train de se promener sur l'objectif...
Une chose m'a frappée en regardant à l'écran les photos de ces petits bêtes: les détails. Je m'explique, à notre échelle une verrue ou un poil font quelques millimètres. On imagine donc qu'une sauterelle n'a ni verrue ni poil, car il en suffirait de 2 ou 3 pour recouvrir son corps.
Mais au contraire j'ai donc découvert qu'une sauterelle avait des poils autour du cou (voir la photo verticale un peu plus bas), et les petites sauterelles vertes sont couvertes de sortes de verrues. La taille de ces éléments doit être bien inférieure au millimètre, et donc ça m'amène à cette pensée profonde: quelle est la taille minimale d'un poil?

lundi 19 mars 2007

a bug's life d'un peu plus près




Voilà, ça y est, vendredi soir première sortie sur le terrain avec mon objectif macro maison...Pas facile de tout paramétrer en manuel, y compris le flash, heureusement que le numérique permet de faire de nombreux essais. Finalement j'ai trouvé une astuce en réglant l'exposition en jouant sur la sensibilité, le diaphragme réglé sur 8 (plus fermé je ne vois plus grand chose), et la vitesse entre 1/125 et 1/200.


Je suis assez satisfait des résultats, en ce qui concerne la qualité de l'objectif, mais j'ai encore des progrès à faire dans la maîtrise de ce matériel...et dans l'approche des insectes, la mise au point étant très rapprochée.

vendredi 16 mars 2007

Retour aux sources


Ca faisait longtemps que je n'ai pas fait un rough, c'est à dire un dessin rapide au crayon et au marqueur. Mon boulot m'amène à utiliser de plus en plus l'ordinateur: c'est moins salissant et souvent plus rapide pour un résultat, pas forcément meilleur, mais plus présentable au quidam moyen (notre client), plus consensuel dans la représentation.

Au temps des roughs combien de fois avons nous entendu "Ah mais c'est pas exactement la bonne couleur!" et dû expliquer que nous ne disposions pas d'une gamme infinie de marqueurs...

Photoshop, Alias, Illustrator ont peu à peu réglé tout cela.

Mais voilà, à force de ne plus dessiner "en vrai", j'avais l'impression de perdre la main, et donc, comme je le fais depuis 10 ans (même bien plus, en fait), j'ai encore dessiné une voiture. C'est devenu un reflexe, ce sont les voitures qui m'ont amené au design. Même si aujourd'hui je m'y intéresse beaucoup moins pour me concentrer sur des choses plus fondamentales à mes yeux (aurais-je muri?), je leur rend cet hommage en prenant plaisir à en dessiner, même si ça ne mène à rien, ce n'est que le geste et le résultat qui me plaisent.

Une parenthèse, donc, dans ce blog de photos, mais pour ne pas renier cette part de moi.

Des tulipes à la maison









C'est fou toutes ces fleurs chez moi...

jeudi 15 mars 2007

Mais qu'est ce que c'est?


Une rivière, celle des gorges de Congost. Sur la photo de l'avant dernier post on pouvait croire qu'il y avait beaucoup d'eau, mais voilà tout le débit de cette rivière: ça fait environ 20cm de large sur 5cm de profondeur.


Ce qui est curieux avec ce genre de photo, c'est qu'on ne sait pas où est le haut ou le bas, ou la droite ou la gauche: ça fonctionne dans tous les sens (pour en être convaincu, tournez votre écran en tous sens, en plus ça vous fera faire du sport, je vous trouve un peu empâté ces temps-ci)

mercredi 14 mars 2007

A bug's life











Le beau temps de ces derniers jours en a réveillé beaucoup, en même temps que quelques fleurs, et ça commence à s'agiter dans l'herbe...c'est encore timide, il ne fait pas assez chaud, ça a commencé par quelques mini-sauterelles, des papillons puis des Moro Sphinx qui ne voulaient pas se laisser approcher. J'ai encore des progrès à faire en macro pour me faire passer pour l'un des leurs et les approcher au plus près...
C'était l'occasion de tester en grandeur nature le 50mm monté sur tube allonge 25mm (sauf le papillon, pris au 70-300).

mardi 13 mars 2007

Retour au village




Je reviens sur le petit village aperçu sur une photo précédente. Nous y sommes retournés, par un temps un peu plus clément, pas exactement au village mais à l'endroit qui le surplombe et où il y a ce magnifique point de vue. Nous avions la montagne noire devant nous, les Pyrénées derrière. Le village s'appelle Laurac, enfin c'est son nom sur la carte, car à l'entrée il est indiqué fièrement "Laurac Le Grand", et il n'est pas si perdu que cela, en quelques minutes on rejoint la N113 ou l'autoroute, simplement à cet endroit le relief et la végétation (rase et protégée) ne ressemblent pas à ce qu'il y a ailleurs. Dans cet enchevêtrement de petites vallées on trouve tout au plus quelques maisons isolées, des sentiers de randonnée et cette vieille borne indicatrice disposée à un carrefour où il ne passe...personne.

Un endroit qui donne envie de s'y installer, d'ailleurs il parait qu'il y a une maison à vendre dans le village de Laurac.


Mais c'est peut être un peu trop loin quand même...

lundi 12 mars 2007

Les gorges de Congost


Il parait que c'est un endroit où j'ai énormément souffert, c'est sans doute vrai car je ne m'en souvenais plus, c'est dire si j'ai dû souffrir. Enfin je me souviens bien d'avoir souffert, mais je ne me rappelais plus l'endroit...Il parait que c'est un endroit où j'ai jeté mon VTT de découragement, ça , je m'en souviens. Peut être mais c'est un bien bel endroit, un peu après Carcassonne, entre Montlaur (pas le même Montlaur que dans les posts précédents) et Lagrasse. Il y a des cailloux, des petites fleurs jaunes qui ressemblent à des jonquilles et du thym.

Fait inquiétant quand même: dans ces gorges la rivière est quasiment à sec. Il ne coule qu'un ridicule filet d'eau.

vendredi 9 mars 2007

vert de vert


Encore une photo verte pour terminer la semaine, promis après j'arrête...

Celle ci aussi vient des abords du lac de la Thésauque, le même jour que les autres d'ailleurs, c'était une belle fin d'après midi, photographiquement fructueuse.

jeudi 8 mars 2007

Vert de gris




Puisqu'il fait gris aujourd'hui, et pour remettre un drap de vert sur ces pages qui en contiennent déjà une dose conséquente.
Lauragais, à proximité du lac de la Thésauque.

mardi 6 mars 2007

Pas un mois ne passe sans qu'une vache lasse ne se fâche


En réponse à Cyrman qui assassine les fromages Kiri, voici des vaches qui ne rient pas, et y'a pas de quoi en faire un fromage.

Le pas plat pays qui est pas le mien


J'ai découvert curieusement seulement hier soir une petite zone préservée de l'urbanisation galopante de la région, sur les hauteurs entre Montlaur et Baziège. Avec des petits routes désertes et des petits chemins entre les champs.
J'étais déjà passé pas loin en vélo mais j'avais raté cet endroit là.

lundi 5 mars 2007

Ce petit coin de nature...


En passant par les petites routes au sud de Castelnaudary on tombe sur une zone où le paysage est très particulier, une petite région de collines désertes et sauvages, au milieu de laquelle la route serpente et vous amène à des points de vue splendides, par delà le Lauragais et jusqu'à la montagne noire.

vendredi 2 mars 2007

Des orchidées à la maison II: la vengeance




Tremblez, braves gens!


Car dans ces innoncentes orchidées se cache un monstre prêt à vous dévorer!




(ça fait un peu "kid paddle", je trouve, ce monstre)

jeudi 1 mars 2007

Tous les goûts sont dans la nature




Parmi les choses que je trouve bizarrement esthétiques, il y a les épaves de vieilles voitures. Non pas que je tente de m'en fabriquer une en entretenant le dépérissement de ma 2cv, mais celles que je rencontre au hasard de mes ballades me touchent beaucoup. Particulièrement celles qui sont au milieu des bois, celles dont on se demande comment elles ont fait pour arriver là.


Il y en a quelques unes sur mon site, en voici une autre, 4cv disloquée rencontrée dans une clairière au bout d'un chemin où, assurément, aucune voiture n'est passée depuis quelques décennies. Elle se situe dans le pays de Sault, dans l'Aude, j'ai d'ailleurs croisé 3 biches à 10 m de cette carcasse.
Je ne sais pas si c'est d'imaginer l'histoire qui les a conduit là, ou la manière dont la rouille prend possession de ces carcasses, ou de voir la nature qui les enveloppe et les engloutit petit à petit qui m'attire (retrouver une épave quelques années après l'avoir découverte la première fois démontre que même une voiture est biodégradable), ça me fait aussi resituer l'âge d'or de l'automobile vers la 2e moitié du XXe siècle, et penser que le XXIe devra passer à autre chose. J'en veux pour preuve que nos voitures actuelles ne feront jamais d'aussi belles épaves, la faute aux plastiques qui se dégradent mal, en tout cas pas de manière aussi "poétique" que la tôle.


Enfin, chose curieuse encore, on trouve sur internet nombre de sites spécialisés dans les épaves, preuve que je ne suis pas le seul à trouver ça beau... (voir par exemple http://rouillees.free.fr/)