jeudi 1 mars 2007

Tous les goûts sont dans la nature




Parmi les choses que je trouve bizarrement esthétiques, il y a les épaves de vieilles voitures. Non pas que je tente de m'en fabriquer une en entretenant le dépérissement de ma 2cv, mais celles que je rencontre au hasard de mes ballades me touchent beaucoup. Particulièrement celles qui sont au milieu des bois, celles dont on se demande comment elles ont fait pour arriver là.


Il y en a quelques unes sur mon site, en voici une autre, 4cv disloquée rencontrée dans une clairière au bout d'un chemin où, assurément, aucune voiture n'est passée depuis quelques décennies. Elle se situe dans le pays de Sault, dans l'Aude, j'ai d'ailleurs croisé 3 biches à 10 m de cette carcasse.
Je ne sais pas si c'est d'imaginer l'histoire qui les a conduit là, ou la manière dont la rouille prend possession de ces carcasses, ou de voir la nature qui les enveloppe et les engloutit petit à petit qui m'attire (retrouver une épave quelques années après l'avoir découverte la première fois démontre que même une voiture est biodégradable), ça me fait aussi resituer l'âge d'or de l'automobile vers la 2e moitié du XXe siècle, et penser que le XXIe devra passer à autre chose. J'en veux pour preuve que nos voitures actuelles ne feront jamais d'aussi belles épaves, la faute aux plastiques qui se dégradent mal, en tout cas pas de manière aussi "poétique" que la tôle.


Enfin, chose curieuse encore, on trouve sur internet nombre de sites spécialisés dans les épaves, preuve que je ne suis pas le seul à trouver ça beau... (voir par exemple http://rouillees.free.fr/)


1 commentaire:

oxydrokorp a dit…

Superbe épave en effet! Et il n'est aucunement besoin de se justifier, toute la poésie de ces épaves perdues est évidente aux yeux du poête.