vendredi 3 août 2007

la qualité d'une photo?


Parcourir quelques forums de critiques me fait poser la question de comment juger la qualité d'une photo.
S'agissant d'un rapport émotionnel avec le spectateur, de beauté ou de laideur, mais aussi d'un processus s'établissant ou non, suivant les personnes, de rêverie et d'évasion, la notion de qualité est infiniment subjective. Mes photos sont elles bonnes? Je n'en sais rien. Techniquement, après quelques années de pratique, j'arrive à peu près à ce que je souhaite, et si je n'y arrive pas, je sais pourquoi, c'est d'ailleurs souvent par manque de volonté et de moyens, de temps alloué, donc de patience. Ou de moyens financiers, car je n'ai pas le 500 mm qui me permettrait de photographier les chardonnerets du jardin comme je le voudrais.
Des photos techniquement parfaites et impressionnantes de ce point de vue sont donc considérées comme bonnes, par exemple le travail de Philip Plisson a un grand succès, le "coup de vent sur la point des poulains", est une prouesse technique fabuleuse. Dans une moindre mesure, une photo macro bien maitrisée est souvent appréciée, et valorisante à faire.
Mais peut-on faire de bonnes photos techniquement discutables? Sans que ce soient des ratés, mais si le piqué n'est pas parfait, la mise au point un peu aléatoire, la cadrage hors normes, ou tout simplement "faciles techniquement"...?
Le magazine National Geographic est réputé pour la qualité de ses photographies, pourtant beaucoup sortent des canons habituels (pas la marque d'appareils, hein) qu'on nous sert ailleurs dans les "beaux magazines".
J'adore le travail de Thierry des Ouches, notamment le livre "Requiem" (merci Cédric), où la plupart des photos sont accessibles à tout le monde: paysages de campagne, lumières souvent peu spectaculaires, pas d'hélico, pas de panoramique 6x17. ..Je pense notamment à celle où on voit plein cadre pris de dessus un carré d'herbe givrée sur lequel on distingue à peine deux traces de pieds. Pas de prouesse là dedans, et pourtant je peux la regarder pendant de longues minutes, parce que j'y vois des notions de liberté, la campagne de mon enfance, les matins froids à attendre le car, j'y entends le bruit des pas sur l'herbe givrée,...Ce gars a créé un univers visuel simple qui me parle énormément, avec parfois des cadrages à-peu-près, des lumières trop dures. Et peu importe.
Pour moi c'est ce genre de photos le plus difficile à faire, il me semble que j'en ai quelques unes, et encore je ne sais pas si elles évoquent quelque chose à quelqu'un d'autre que moi. Cette rose artificiellement vieillie pourrait en faire partie. Les critiques de chasseur d'images me diraient qu'elle est trop centrée, qu'il y a trop d'espace vide en haut et que je fasse attention à la profondeur de champ et à la mise au point. Pourtant, sans trop savoir dire pourquoi je l'aime bien, peut etre parce que j'ai lu le petit prince il n'y a pas si longtemps.
Ca pourrait être l'orgueilleuse rose du petit prince, seule sur sa petite planète, en effet.

1 commentaire:

Yaume a dit…

Un seul mot : Woaw