vendredi 28 septembre 2007

le sentier terrestre de Cerbère








Juste au dessus de la plage évoquée dans l'article précédent, part un sentier qui longe la côte (très) découpée vers la réserve, dont la limite Sud est marquée par cette grosse borne jaune.

L'occasion d'une petite promenade après la plongée, la sieste sur la plage n'étant pas vraiment mon truc (moi et le bronzage ça fait 3).

L'endroit est vraiment splendide est d'un accès assez sportif, ça monte, ça descend sur des graviers qui roulent sous les pieds, ça passe tout près de grands trous où il ne faut pas se rater sous peine de s'écraser sur les rochers puis de se noyer dans la mer, mais c'est très beau.


D'ailleurs, si c'était plat et sans la mer, ce ne serait sûrement pas aussi beau.

jeudi 27 septembre 2007

le sentier sous marin de Cerbère










En continuant vers l'Espagne après Banyuls et un peu avant d'arriver à Cerbère se trouve le "sentier sous marin". En bordure de la réserve intégrale de Banyuls-Cerbère, dans laquelle toute plongée, pêche ou navigation est interdite, depuis une petite plage on peut nager avec palmes, masque et tuba et admirer les poissons nombreux ici. Notamment sars à tête noire et saupes viennent, en curieux, vous observer d'assez près. Curieux mais pas téméraires: quasiment impossible de les toucher.

Pour les photos, ce n'est pas évident: la turbidité de l'eau et le flash dans l'axe qui éclaire les particules et est réfléchi par les écailles des poissons font perdre tout le contraste, et il n'y a qu'à courte distance qu'on peut obtenir des résultats corrects. Quant au cadrage, c'est la plupart du temps à main levée sans viser, puisqu'il est très difficile de trouver le viseur à travers le masque et la housse, et surtout de se stabiliser (surtout en apnée!) assez longtemps pour faire cette opération.

J'essaierai la prochaine fois des photos plus rapprochées en macro avec une bague allonge.

mardi 25 septembre 2007

passiflore toujours...








Si l'ennui vous guette, dites le moi. Week end humide, pas de promenade, alors encore des photos des fleurs du jardin. Le soleil du soir éclaire la passiflore alors que le fond reste dans l'ombre.

lundi 24 septembre 2007

Un repas mémorable

EDIT: en fait j'ai trouvé une photo qui correspond au thème.


Exceptionnellement, pas de photo aujourd'hui, je laisse la place à un petit récit. Ca n'est pas mon habitude de donner un peu d'espace de mon blog pour faire la publicité d'un restaurant et... ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer.

Vendredi soir, Elodie et moi sommes invités par son patron, ainsi que tous ses collègues et conjoints, à dîner ensemble au restaurant. Il avait demandé à une de ses employées d'en trouver un où on pouvait venir à une vingtaine, et justement celle ci avait travaillé dans un resto, "l'Elephant", à la sortie de Carcassonne sur la route de Trèbes.

Mais, entre temps, visiblement, le propriétaire avait changé.

Nous voici donc tous arrivés à 20h30 devant ledit établissement, je fais connaissance avec quelques collègues d'Elodie, un peu perdu vu que la sociabilité n'est pas la première de mes vertus, et nous entrons. Nous sommes accueillis par un enthousiaste: "c'est le groupe de 20 personnes?...Pfffffff...." de la part de la patronne. Les propriétaires sont visiblement un couple d'italiens, d'ailleurs le décor est un décor de pizzéria, avec une grande voûte en brique et un plafond peint à la Michel-Ange...quand il avait 4 ans. (et encore). Enfin, je vous parle de l'entrée, la salle a un décor de pas grand chose, de tout et de rien, mais nous ne nous sommes pas méfiés.
Sur les tables, quelques assiettes avec 3 pommes et 2 poires sont là comme décoration.

Pour le repas, eh bien c'est la surprise, menu commun pour tous. Normal quand on est nombreux.

Arrive alors l'apéritif, plutot on prend notre commande, d'ailleurs c'est le patron d'Elodie qui prend notre commande, pour aller plus vite: au choix, ricard ou pastis, martini blanc ou rouge, ou blanquette de limoux. Et c'est tout.

Mais ce n'est pas tout, justement.

Vers 21h30, arrive ce que nous croyons etre des amuses-bouche, pour patienter, mais qui s'avéra être l'entrée: des beignets de courgette et d'aubergines. 2 par personne. point.

Vers 22h, nous nous demandons quand va arriver le repas lorsqu'on nous apporte royalement, pour 4 personnes, une petite gamelle (c'est le mot, en alu, comme à la cantine, ou comme à l'armée) de pâtes! Soit, nous nous servons, un peu perplexes: les pâtes (pas des pâtes fraîches, attention, des vraies pâtes de supermarché) sont à la fois dures, molles et farineuses. La sauce tomate, sucrée, à un petit goût qui me rappelle le ketchup de la cantine su Lycée, celui qui restait des mois dans ces grosses pompes rouges (ou jaune pour la moutarde).

Là tout le monde commence à rire, je me dis que je fais de meilleures pâtes, et que je ne savais pas qu'un italien pouvait en faire, génétiquement, de si mauvaises.

23h, on nous apporte une nouvelle gamelle. Des cuisses de poulet avec des patates bouillies, et un peu de salade.
La cuisse de poulet est dure, les patates immangeables. trop salées, mal cuites, infectes. Je commence à me demander si on ne doit pas partir, mais nous sommes 20, il est 23h et nous avons encore faim. quoique.
J'ai à la fois faim plus faim, car pas envie de manger ce qu'on me sert. Dans mes pires souvenirs, ce que j'ai pu trouver de comparable est les raviolis froids et trop cuits de l'armée lors des 3 jours, à Blois, mon expérience avec l'armée s'étant heureusement arrêtée là.

Autour de la table, c'est un mélange d'indignation et d'hilarité.

Enfin, en attendant le fromage, nous apprenons qu'il n'y a pas de fromage, et que le dessert c'est ... les fruits qui sont sur la table depuis de début. Ou depuis bien longtemps, vu leur état.
Je me risque avec une pomme. Pas terrible.

Je n'avais pas parlé du vin. Les corbières ne sont pas loin, au doit avoir au moins du vin correct. Mais curieusement en regardant la table je vois que les carafes sont presque toutes pleines. Je goûte et je comprends. Au début ça pique, puis après ça a un goût de vinaigre. Je ne finis pas le fond de verre que je me suis servi.


Je ne sais pas le prix de ce repas, je sais juste qu'il y a eu des discussions lorsque le patron est allé payer.

Si vous voulez tenter cette expérience, gâcher une soirée, rompre avec votre copine, faire une blague à un type que vou sn'aimez pas, empoisonner votre patron..., dépêchez-vous, car à mon avis ça va bientôt fermer, retenez bien, l'éléphant, route de trèbes à la sortie de carcassonne.

vendredi 21 septembre 2007

soir d'orage






Moins spectaculaires que ceux de Guillaume, ces nuages d'après l'orage de ce début de semaine.


Il est tombé alors que j'attendais le train pour rentrer. La gare n'est en fait qu'un tout petit abri orienté sud-ouest, et là, pas de chance, l'orage venait de l'ouest. Au fur et à mesure que la pluie s'intensifiait tout le monde se tassait de plus en plus dans le fond de l'abri, jusqu'à ce qu'elle devienne si forte qu'on était mieux "protégé" à l'extérieur de l'abri, en essayant de se coller contre les parois et sous des parapluies dépassés par les évènements.

Une douche tout habillé.

mardi 18 septembre 2007

la tête dans l'assiette


Un acte de gourmandise cadré un peu trop serré...j'ai été découragé de faire des photos ce week end car tous mes "coins" étaient envahis de touristes ou de promeneurs...Le pire était au Lac St Sernin, ce refuge à hérons, devant lequel j'ai dû faire demi-tour car la quinzaine de voitures garées là m'ont laissé supposer que les hérons étaient partis depuis bien longtemps. L'ennui avec les dimanches ensoleillés, c'est que, comme moi, tout le monde est dehors mais, tous ces gens n'ont pas la même manière de profiter de la nature que moi...
La naure serait elle trop petite pour les touristes?

lundi 17 septembre 2007

passiflore encore








oui je sais mais c'est pas loin, c'est facile, ça se sauve pas est c'est quand même spectaculaire.

vendredi 14 septembre 2007

Tremblez!


...ça fait peur, non?

jeudi 13 septembre 2007

Chut....






...Passiflore!
Ces fleurs ne sont ouvertes qu'une journée...mais quelle spectaculaire floraison!

mercredi 12 septembre 2007

La maison de la Boissière



Au détour d'un chemin de randonnée, dans la forêt des pentes du Mont Aigoual, nous tombons sur cette vieille maison visiblement restaurée. Un peu mauvaise langue, je me dis:"tiens, encore un anglais qui retape une baraque au milieu de nulle part". Mais là arrive un couple de randonneurs, dont le monsieur visiblement connaissait l'endroit et ouvre la porte à celle qui l'accompagnait, puis en sortant nous dit en gros:"si vous voulez piqueniquer ici, c'est fait pour". En fait cette maison a été restaurée et sa pièce principale (en haut de l'escalier) , toujours ouverte, comporte une table et 2 bancs et est mise à disposition des randonneurs.
Voilà une attention qui fait bien plaisir, et une utilisation intelligente du patrimoine.

mardi 11 septembre 2007

C'est plus les vacances






...Et elles étaient bien courtes de toute façon. Mais ne nous plaignons pas, les gorges de la Jontes, les Causses Méjean et du Larzac, Les Cévennes...on a trouvé plus laid. Et quel dépaysement, c'est l'amérique à 3h de Toulouse!

lundi 10 septembre 2007

Peyriac de Mer 3



...Quand même, les fameux flamants...

vendredi 7 septembre 2007

Peyriac de Mer 2





...Et les photos de l'étang du Sel-Fort, donc, sous le soleil.

mardi 4 septembre 2007

Peyriac de Mer 1











Lassé de la pluie incessante depuis 3 jours, je me risque à aller jusqu'à Narbonne où, habituellement, le vent chasse les nuages. Un peu au sud, la petite ville de Peyriac de Mer donne, non pas sur la mer mais sur une série d'étangs salins parcourus par des sentiers de randonnée, refuges de nombreux oiseaux: flamants, goelands, cormorans entre autres.

Le départ de la promenade était assez frais et nuageux, puis le temps est vite devenu chaud et sec, et le chemin plus long que prévu, faute à tous les petits chemins en labyrinthes qui donnent envie de visiter le moindre recoin de ce lieu. J'étais évidemment parti sans manger et n'avais pas emporté d'eau.

Une promenade de 3 bonnes heures où alternent sur ce même lieu les paysages marins et les entiers abrupts et rocailleux en plein soleil, les vignes (parfait fin aout quand on a faim et soif, les vignes), et le parcours en ponton par dessus l'étang du Sel-Fort.