lundi 21 janvier 2008

Ondulations





Parfois, dans le Lauragais, au détour d'un chemin on peut trouver de ces endroits où, dans quelque direction que l'on regarde, on ne voit que les ondulations des champs. Etre à la fois seul et dans une étendue aussi grande donne la fugace impression d'être un explorateur au milieu du désert.

Ce n'est qu'une impression. Je viens de terminer le dernier livre de Mike Horn, celui où il rejoint le pôle nord en hiver, donc de nuit, avec Borge Ousland. Je me dis qu'il y a des explorateurs plus explorateurs que moi...Au moins, dans le Lauragais, il n'y a pas d'ours blanc. J'ai croisé un ragondin, et il n'avait pas l'air agressif.

3 commentaires:

emmanuel a dit…

Mais l'aventure est au bout du champs qu'est au bout du chemin qu'es au bout du jardin qu'est derrière la porte de ta maison. Et quand je disais que la nature faisait aussi bien que les artistes. La nature et les agriculteurs (merci papa) j'adore la première et la dernière. Bon allez ne pensez pas aux pesticides...

greg a dit…

N'ai-je pas un peu forcé sur la saturation?

Emmanuel a dit…

Franchement ça ne me choque pas. Il faut bien ça pour accentuer les courbes du paysage. Elles n'en sont que plus belles.