vendredi 28 mars 2008

sous la neige il y a des fleurs





Samedi dernier, Montagne Noire.

jeudi 27 mars 2008

Le barrage du Lampy



Ce barrage datant des années 1780, soit un siècle après l'inauguration du Canal du Midi, sert à alimenter le canal de jonction à Narbonne. Le bassin est dit "du Lampy Neuf", puisqu'il remplace celui du "Lampy Vieux", qui est aussi le nom du hameau depuis lequel on peut suivre le chemin qui mène au bas du barrage.

mercredi 26 mars 2008

La bétaillère



Sous sa couche de neige cette vénérable Goelette Renault semblait attendre patiemment le véritable printemps pour reprendre du service: elle avait l'air en parfait état de marche.

mardi 25 mars 2008

Joyeuses Pâques




Ce long week end fut l'occasion rêvée pour aller faire un petit tour dans les Pyrénées, d'autant plus que mon garagiste m'a généreusement prêté une Picasso (beurk) pour remplacer ma voiture en panne (grâce à Citroen je le rappelle), depuis maintenant plus d'un mois.

Comble de bonheur, la neige était de la partie, en quantité, et Elodie avait accepté de m'accompagner. Vous pouvez d'ailleurs voir à sa mine réjouie qu'elle n'a pas regretté une seule seconde.

Bref, après un bon repas à l'abri d'une grange en compagnie de charmantes charrettes d'époque, et avant de se transformer en bonhommes de neige, nous avons convenu qu'il était plus raisonnable de rentrer. Mais la neige était splendide.

jeudi 20 mars 2008

L'escargot qui n'osait pas...


...montrer le bout de son nez.
L'avantage des trajets en train est essentiellement la petite heure de lecture qu'ils me permettent quotidiennement. Et d'y trouver des petites citations comme celle-ci:
"Ce qui compte vraiment, dans la sauvegarde des condors et de leurs congénères, ce n'est pas tant que nous ayons besoin des condors, c'est que nous avons besoin de développer les qualités humaines qui sont nécessaires pour les sauver; car ce sont celles-là mêmes qu'il nous faut pour nous sauver nous-mêmes" (Mc Millan, cité par Jean-Marie Pelt en 1e page de Plantes en Péril).
Bien que je n'adhère pas à 100% avec cette phrase, car je suis réellement convaincu que, pour toutes sortes de raisons, nous avons besoin des condors, je me satisferait pleinement que la majorité y adhère, et notamment, pour parler d'actualité et de l'attitude de notre gouvernement vis à vis de la Chine, ceux qui privilégient des interêts commerciaux plutôt que la morale.
(Pardon, mais j'ai vu Kouchner au JT , et ça m'a scandalisé)

mercredi 19 mars 2008

Petites


Petites, les araignées le sont encore, et pour cause, elle n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent, enfin sous le crochet à venin. Il m'a fallu bien du temps et remuer pas mal d'herbes pour trouver cette minuscule et craintive sauterelle.

mardi 18 mars 2008

L'auteur...


...des toiles des photos d'hier, c'est elle, enfin, elle et ses centaines de copines.

lundi 17 mars 2008

pièges de cristal




Des centaines de toiles dans la rosée du matin.

jeudi 13 mars 2008

le coucher de soleil et la grille d'aération


Cette photo est bizarre. Je ne sais pas pourquoi je l'ai prise. Je ne sais pas ce qu'elle évoque. On dirait que les 2 moitiés n'ont rien à voir entre elles. Et pourtant je l'ai gardée. Mais pourquoi??

mercredi 12 mars 2008

Mes nouveaux amis



...Ont un appétit d'ogre. L'hiver touche à sa fin et ils n'auront bientôt plus besoin de moi. Mais si j'ai pu les aider un peu...

mardi 11 mars 2008

De neige et de brume

Sur le chemin raide et accidenté la neige de l'avant-veille resiste encore un peu, et craque sous mes pas. Devant, les ornières s'effacent dans le brouillard, le chemin semble continuer tout droit mais de part et d'autre, la vision se perd dans les sous-bois silencieux et inquiétants.
Plus haut, avant que le chemin ne reprenne une pente inverse, une végétation plus basse semble vouloir offrir un peu de répit mais la brume limite la portée des sens à quelques mètres. Ici la neige forme encore un tapis presque uniforme.
Le vent finit de couvrir ce qui reste des bruits de la forêt, et je ne sais si ce sont des lièvres, dont j'ai vu les traces, que j'ai entendus se cacher ou bien le simple craquement de branches.

Je peux alors redescendre, satisfait d'avoir pu, peut-être pour la seule fois de cette hiver, marcher dans la neige.

lundi 10 mars 2008

Vivre malgré tout



Ces derniers jours, en Montagne Noire, les fleurs sauvages qui avaient cru bon de profiter des premiers rayons du soleil ont dû affronter un brutal retour de l'hiver, et dès 800 m d'altitude s'efforcer de percer le manteau de neige.
Lassé de mon ignorance je me suis acheté des guides d'identification: il s'agit d'une erythrone dent-de-chien en haut, et scille à deux feuilles en bas.

jeudi 6 mars 2008

allongé dans l'herbe



Pour photographier ces petites fleurs sauvages qui couvraient le sol un peu partout au dessus de Dourgne, parmi quelques rares jonquilles.
Quelqu'un saurait identifier?

mercredi 5 mars 2008

timides


Ils osent à peine apparaître entre les premières feuilles ou sur les fleurs précoces du genêt, pour préparer le spectacle minuscule, aérien et rampant de la belle saison.

mardi 4 mars 2008

lentement mais surement


Ma voiture "neuve" étant encore en panne, suite à une "mise à jour du boitier de servitude intelligent" demandée par citroen, qui a tout fait planter, c'est aux commande de la 2cv que je suis allé visiter la Montagne Noire dimanche, lentement mais surement. De Revel à Sorèze, puis à Dourgne je suis monté presque jusqu'à Arfons. Un chemin mène à une table d'orientation à 360°, qui laisse donc découvrir la plaine au nord, et jusqu'au Mont Canigou au sud.
Mais...le temps que je visite un peu l'endroit, pas moins de 5 voitures avaient envahi le lieu. Comme il est fatigant de marcher, "on" fait faire un peu de tout-terrain à la scénic pour se garer tout au bout du chemin, au plus près de la table d'orientation. Une fois qu'"on" a consommé le paysage et laissé quelques papiers gras, ou de bonbons, ou canettes de bière, "on" peut repartir.

lundi 3 mars 2008

la toile






A chaque fois que j’essaie de prendre une photo des ondulations pures et poétiques de nos champs, je suis confronté au problème des pylônes, fils et poteaux en tous genres. Il y en a toujours un qui traîne dans un coin. Pas possible de les éviter. L’homme s’est tissé une gigantesque toile de fils électriques, je me demande si on sait encore à quoi sert chacun de ces fils.