jeudi 6 novembre 2008

Un coup pour rien...




C'était jeudi dernier. Dans le train, au trajet du retour, en voyant un ciel à la fois chargé et lumineux, me prend l'envie d'une petite sortie photo du côté de la ganguise, d'essayer d'utiliser le miroir de l'eau pour mettre en valeur ce ciel, d'autant qu'il n'y a pas de vent.

Arrivé à la maison, je prends mes affaires en quatrième vitesse, prend la voiture et file vers le lac. Je voulais aller à un endroit bien précis, et prévois de prendre une autre route pour gagner un peu de temps dans ma course contre la nuit.

La nuit est tombée plus vite que prévu, je me suis trompé de route et à moitié perdu.

Quand j'ai retrouvé mon chemin, je suis allé à l'endroit où je ne voulais pas aller au départ, et en m'engageant sur le chemin je me disais que décidément, à 18h30 il fait déjà très nuit.

Je reste donc prudent, d'autant que la dernière fois j'avais vu plein de traces de sangliers par ici.

Tout à coup, j'entends quelque chose qui bouge dans les herbes pas très loin du bord. Quelque chose d'assez gros, pas un lapin en tous cas...Bon, je n'y vois rien, je vais pas risquer une rencontre avec un sanglier maintenant. Je rentre, un coup pour rien.


J'y suis retourné samedi, une heure plus tôt... Mais déjà, je ne voyais plus trop le chemin pour remonter à la voiture.

4 commentaires:

cyrman a dit…

faut pas croire, mais les photographes amateurs ont une vie palpitante et pleine de danger !

j'aime bien le feu d'artifice dans le reflet de la dernière photo ;-)

Cédric a dit…

Cyril : tu ne crois pas si bien dire !

Guillaume a dit…

Cédric : tu ne crois pas si bien dire quand tu dis à Cyril qu'il ne croit pas si bien dire...

Sinon, Ce lac est quand même vraiment surréaliste

emmanuel a dit…

"impression lampadaire couchant"