lundi 18 mai 2009

Portraits d'ascalaphes




Ils se tiennent accrochés aux herbes les ailes ouvertes attendant qu'un rayon de soleil vienne leur apporter l'énergie nécessaire à l'envol. Dès que la chaleur est suffisante, ils font d'abord vibrer leurs ailes puis émergent par dizaines, volent et se poursuivent, jusqu'à ce qu'un nuage de passage les fasse retrouver leur état de torpeur.

4 commentaires:

Nanou a dit…

Ah, je m'escalaphe de voir à nouveau des photos .
Le photographe était comme la bestiole, il attendait le soleil pour reprendre son envol

Guillaume a dit…

Et voici la cellule photovoltaïque vivante !!

Cédric a dit…

Ah des bestioles-qu'on-a-pas-chez-nous ! Tu me montreras où elles sont, dis ?

greg a dit…

...partout dès qu'il y a de l'herbe haute.