jeudi 22 avril 2010

photos de printemps



N'empêche, au ras du sol au printemps, il y a quand même quelques scènes d'un délicate fragilité, même si très banales, c'est justement leur banalité qui fait qu'elles méritent d'être soulignées.

3 commentaires:

emmanuel a dit…

Et c'est cette banalité tellement évidente à côté de laquelle nous passons de plus en plus sans y faire attention. Donc cela fait du bien qu'on nous la montre à nouveau sous on plus beau jour.

flo a dit…

je ne trouve pas pour autant banale la façon dont tu nous la montres.

Nanou a dit…

Là, j'ai un peu mal à la tête .
Trop de "pourquoi et comment" . Laissons nous porter .
Le beau ne s'explique pas, il se consomme ( avant de se consumer ? )