mardi 29 juin 2010

gris et gris


promeneur sous la pluie...(attention le poteau!)

dimanche 27 juin 2010

Galerie de portraits









Exposition de vieux tracteurs, en marge du vide grenier à deux pas de la maison. Petit retour sur l'esthétique agricole du XXe siècle...

Une mention spéciale au percheron avec sa trombine de robot dégingandé...

mercredi 23 juin 2010

Les ruelles


Les ruelles étroites, graphiques et contrastées de Banyuls m'ont tout l'air d'être un sujet photographique en or. Et pourtant je n'ai pas osé, je n'ai fait que celle là, pas terrible, vide, à la sauvette. J'ai l'impression qu'il faut s'y poser, prendre le temps, n'y aller que pour ça.
Et dépasser la timidité toute mienne de déambuler en ville avec un (gros) appareil photo autour du cou, l'air d'un touriste hollandais (l'air hollandais, je l'ai même sans appareil). Voilà pourquoi je suis plus à l'aise dans les champs.
La photo de rue, c'est pas donné à tout le monde...Et si en plus il fallait intégrer une silhouette humaine...brrr...

dimanche 20 juin 2010

Entre ciel et mer


Monument aux morts, Banyuls sur Mer.

dimanche 6 juin 2010

Ce n'était pas fini





Même jour, même prairie.

Après avoir décidé d'arrêter d'importuner cette pauvre empuse, je me promène au hasard dans ce pré en comptant sur le fort contre jour pour qu'il trahisse la présence d'ascalaphes. En effet j'en aperçois et me dirige vers eux, mais le soleil bas m'éblouit et je les perds. Je suis alors attiré par une tache blanche que je crois être une plume.
De plume, point, mais une sauterelle verte en fâcheuse position, ce que je voyais luire dans le soleil était sa mue dont elle n'était qu'à peine extirpée, les antennes encore coincée dans cette embarassante vieille peau.
Lâchement, je profitai de son incapacité à fuir pour l'observer de près, et la contempler malgré son air inquiet devant ce visteur impromptu.
Quelques minutes plus tard, la grande sauterelle a pu finir de se dégager de sa mue et reprendre sa liberté, encore molle mais visiblement plus à l'aise.

vendredi 4 juin 2010

Chemin du Crac






C'est le nom du chemin dont je parlais la dernière fois.
Un de ces soirs ensoleillés je m'y autorise un petit tour. L'herbe a bien poussé depuis la dernière fois et les insectes sont à la fête: ça bourdonne de partout autour de moi.
J'arrive à la prairie en me disant que j'y trouverai mon bonheur, et qu'au pire je me rabattrai sur les orchidées sauvages repérées la dernière fois.
Deux pas dans le champ, je photographie deux orchis pyramydales. Bon, j'en ai déjà plein comme ça, je vais voir le bouquet suivant, quatre pas plus loin.
Oh surprise, trônant fièrement sur l'une d'elle, un magnifique diablotin.(Empusa pennata, empuse commune).
Rencontre rare, même par ici, je ne boude pas mon plaisir et mitraille l'individu jusqu'à ce que le soleil se cache derrière les arbres. Ces animaux sont un vrai bonheur à photographier puisqu'ils bougent très peu, et l'on peut chercher tous les angles.
(notez que j'ai pivoté la dernière photo de 90° vers la gauche: dans la réalité la mante avait la tête en bas, j'ai trouvé que dans ce sens c'était plus lisible, même si les herbes obliques font un peu bizarre)