lundi 20 septembre 2010

De l'art d'enfiler une combinaison sur un bateau qui tangue










Car à l'Estartit c'est comme ça que ça se passe. Le bateau étant suffisamment grand, on se change à bord, pendant le trajet jusqu'au site de plongée, pour gagner du temps. Vous embarquez donc en jean, tee-shirt voire pull et baskets et dix minutes plus tard, il faut que vous soyez en combinaison avec palmes, gants, chaussons, ceinture de plombs et bouteille dans le dos. Entre ces deux états, il faut trouver suffisamment de courage pour se déshabiller (jusque là ça va), enfiler un maillot de bain tant bien que mal en s'enroulant d'une serviette pour respecter la bienséance de rigueur, puis fouiller tête en bas dans son sac de plongée, enfiler une combinaison (serrée, mouillée et froide), des chaussons (serrés, mouillés et froids), etc... Tout ça sans perdre l'équilibre car le bateau, pour vaste qu'il est, n'en est pas moins sujet aux caprices de la houle. C'est donc en subissant des mouvements de haut en bas, de droite à gauche et d'avant en arrière que la métamorphose doit avoir lieu, sans oublier que pendant ce temps le petit déjeuner espagnol (gras et copieux) se rappelle à votre bon souvenir en essayant de rebrousser chemin, encouragé par les oscillations amples et généreuses de l'embarcation. Ne pas hésiter alors à faire une petite pause pour regarder l'horizon.
Bon, une fois tout ce petit cérémonial achevé, le plouf libérateur arrive enfin, et sous l'eau la bonhommie des mérous vous fait vite oublier ces petits désagréments.
Bien entendu, au retour il faut effectuer l'opération inverse, pas plus compliquée mais à la différence que vos habits secs à l'aller sont maintenant copieusement trempés de par la promiscuité avec les autres plongeurs et leurs effets dégoulinants.

6 commentaires:

Cédric a dit…

Je me demandais si nous aurions des photos sous-marines cette année, ça valait la peine d'attendre.

Gregory Lopez a dit…

eh oui pas beaucoup de plongées cette année...

Nanou a dit…

Mérou va-t-il chercher tout ça ?
Alors, on essaie de nourrir la faune en douce !

emmanuel a dit…

rien que de te lire ça me.. burp....

Romain a dit…

Bravo Grég, très belles photos, bon, il faut dire que pour les mérous, tu n'avais que l'embarras du choix!
Quand est-ce qu'on y retourne?

Gregory Lopez a dit…

Quand tu veux. Mais plus probablement en septembre 2011...