mardi 5 octobre 2010

poses courtes





Certains n'apprécient pas les photos en poses longues sur l'eau sous prétexte qu'elles travestiraient la réalité, que l'oeil ne peut pas percevoir ces effets de filés.
Soit.
Mais si on prend le problème à l'inverse, et que l'on photographie une rivière avec des temps de pose compris entre le 1/2000e et le 1/8000e de seconde, que voit-on? la réalité? Eh bien non, on voit des formes figées comme si la rivière avait gelé, bien loin de ce que perçoit notre œil.
Alors, faut-il ne faire que des photos au 1/60e de seconde? Qui déciderait du "bon" temps de pose?
La réalité est travestie sitôt qu'elle s'imprime sur le capteur d'un appareil photo, peu importe le temps que ça dure. L'important est qu'au final, cela exprime quelque chose.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

oh lala!!! einstein doit se retourner dans sa tombe et même faire ventilateur, avec des questions sur cette réalité du temps!!!!

Cédric a dit…

Corollaire : la libellule et la tortue voient-elle la même rivière ?

Sinon, d'accord avec toi sur la dernière phrase. On n'est pas là pour faire des photocopies non plus.

flo a dit…

la réalité n'est peut-être qu'une infinité d'instants perçus d'une infinité de points de vue,et la photo en fait une démonstration...artiste et photo sont à la réalité ce que la vague est à la mer...

Anonyme a dit…

et le camembert à la Normandie .....

Gregory Lopez a dit…

quelle philosophie ici!

Cédric a dit…

Dis eh oh c'est toi qui a commencé ! Si tu veux une réponse basique à la question : 50 millisecondes, la durée de la persistance rétinienne.
(marrant, le captcha est "fuzzed" : brouillé)

Cédric a dit…

Du coup j'ai une autre question : est-ce parce que les rivières gèlent que les hivers semblent interminables ?

Gregory Lopez a dit…

ça doit être ça. A moins que ce ne soit le contraire.

emmanuel a dit…

une pression sur le déclencheur et on atteint zéro degré... ça laisse rêveur.