mardi 25 octobre 2011

lundi 24 octobre 2011

dimanche 23 octobre 2011

f/2

Ce 35 mm fait décidément de bien jolis flous à pleine ouverture...

dimanche 9 octobre 2011

35mm





Certes, je fais nettement moins de photos ces temps-ci, mon temps libre étant largement occupé par cette activité très à la mode qu'est le bricolage. De fait, pas le temps de sortir, et donc, l'appareil photo reste à la maison, avec moi.
N'empêche, soyons fous, je me suis offert (encore!) un nouvel objectif, dont je n'ai absolument pas besoin. Enfin, "nouvel", façon de parler puisque c'est une sorte de vieillerie, un 35mm à mise au point manuelle, objectif dont la conception remonte aux années 70 mais qui, à ma grande surprise, fut visiblement produit jusqu'en 2005 (en petites quantités certainement, car peu adapté aux appareils modernes).
Enfin, le système Nikon étant bien conçu celui ci s'utilise sur le D700 sans problème majeur, les seules différences étant, évidemment, la mise au point manuelle, et la commande de diaphragme à la bague du même nom, au lieu de la molette de l'appareil.
Mais pourquoi donc ai-je fait ça? Sachant que la focale 35mm m'est déjà permise par un zoom 20-35?
Allez savoir. Toujours est -il qu'il est très agréable à utiliser, du fait de sa finition "à l'ancienne" très soignée, qu'il est assez léger et permet une mise au point assez rapprochée et une ouverture à f/2 (avec de très beaux flous d'arrière plan comme on peut le voir sur les 2 premières photos).
Pour le reste, il a quelques défauts inhérents aux anciens objectifs, et il faudra apprendre à composer avec.

Voici quelques unes de ses premières photos en ma compagnie.

mardi 4 octobre 2011

La proie


Je me promenais innocemment dans ce vaste champ, assommé de ciel bleu et asséché par un été qui refuse d'en finir lorsque, brutalement, surgirent des fourrés trois chiens de chasse qui foncèrent vers moi en aboyant furieusement, l'air pas content du tout.
J'avais bien entendu quelques aboiements par ici un peu plus tôt, je pensais qu'il s'agissait d'un seul chien en vadrouille.
Que faire?
fuir? pas question, ils courront plus vite que moi.
affronter? avec quoi? pas même une branche à leur opposer au beau milieu de ce champ.

Alors, rester sur place une seconde (le temps de passer la surprise), puis rebrousser chemin en leur parlant, sans se montrer menaçant, sans lever les mains, sans courir, jusqu'à ce qu'ils se calment. (comme ce qu'il faut faire avec les ours, en théorie, bien que je n'aie jamais eu l'occasion de tester la méthode sur un ours)
Ils m'ont accompagné en m'aboyant après et autour jusqu'au chemin, puis ont trouvé qu'il était plus intéressant de continuer à errer.

Messieurs les chasseurs, quand la chasse est finie, pensez à récupérer vos chiens.
Parce que quand même, j'ai eu une belle frousse de me faire grignoter les mollets.