mardi 10 janvier 2012

tentative de nature morte

Une cagette de pommes à l'aspect rustique m'a donné l'envie de m'essayer à la nature morte, qui est un art fort difficile.
D'abord, trouver un fond à la scène, une table en bois, les bardages bois dans la cuisine, avec pourquoi pas un bout de fenêtre devraient faire l'affaire. Au vu du résultat, la présence de la fenêtre ouverte dans le cadre est très discutable.
La composition, ensuite. A l'œil, ces pommes issues d'une agriculture raisonnée sont fort jolies mais ne se suffisent pas à elles mêmes. Par chance, la cagette présente elle aussi un bel aspect rustique. Un pauvre potiron qui passait par là se trouva ajouté à la composition, essentiellement pour apporter un contrepoint de couleur. (Mais il a peu de rapport avec les pommes, et je n'avais sous la main d'autre légume que des endives, mais qui aurait envie de photographier des endives?)
Ne pouvant laisser le potiron seul au milieu de toutes ces pommes, je lui adjoins un pichet, lui aussi fort authentique puisque manufacturé par les moines de l'abbaye du Bec Hellouin, en Normandie. Avec du vert, du jaune et du orange, la gamme chromatique est en place.
Maintenant, il faut mettre tout ça en place, justement, et là c'est moins facile qu'il n'y paraît, donner à ces pommes l'air d'être tombées là comme ça, naturellement, entre un potiron et un pichet. Trouvant la scène encore un peu artificielle, et pris d'un accès de gourmandise, je décide de couper un quartier de la pomme n°1 et d'en profiter pour faire apparaître le couteau, lui assez peu authentique puisque acheté en urgence dans une boutique de souvenirs un jour où, près des gorges du Verdon, nous trouvions dépourvus d'objet coupant face à un saucisson.
Enfin, appareil sur trépied, pénombre relative et un petit coup de lampe de poche pour éclairer sélectivement les pommes, et essayer de donner une ambiance d'éclairage à la bougie, comme sur les vraies natures mortes.
Après ça, pas mal de travail sur Capture NX2 pour peaufiner les ombres et les couleurs et...
bof
la fenêtre est en trop, les pommes paraissent toutes entassées en bas les unes sur les autres, le potiron et le pichet ont autant de mal à justifier leur place que David Douillet derrière un bureau de ministre, le couteau a l'air d'être en équilibre instable...bref, bof.

La nature morte, c'est un art, et ça ne s'improvise pas.

7 commentaires:

Nanou a dit…

C'est le potiron que j'ai vu en Novembre ? J'ai une recette de gratin qui peut te faire oublier ta déception .
Mais mon oeil de peintre aime bien quand même. Il faudrait peut être plus exagérer les contrastes de lumière .

Gregory Lopez a dit…

le potiron est là depuis un bon moment.
C'est vrai que le fond est encore trop éclairé, il lui aurait fallu une vraie pénombre, peut etre que la fenêtre serait mieux passée.

flo a dit…

je ne suis pas certaine que ces pommes ne se suffisaient pas à elle-meme...malgré ton auto-critique sans concession,je trouve la lumière et l'harmonie des couleurs réussies mais il est vrai que l'ensemble est sans surprise.peut-etre parce que tu t'es trop inspiré de toutes les images de natures mortes que tu connais...et tu n'as pas laissé place à ta propre inspiration dans la composition...

Guillaume a dit…

Ah c'est toi qui a acheté le pichet du Bec Hellouin ?

Moi je trouve ça joli... Tout simplement... C'est tout.

Gregory Lopez a dit…

merci pour vos avis.
Quoi qu'il en soit, je referai des essais dans ce sens (ça occupe les soirées d'hiver), mais sans les pommes, elles sont parties en compote.

Cédric a dit…

La lumière me parait bonne; je partage ton bof sur la composition notamment le fait d'avoir tous les éléments colorés dans la moitié inférieure et la symétrie trop marquée entre David Douillet et Nadine Morano.

Nanou a dit…

apparemment ces deux derniers sont à couteaux tirés .
C'est vrai que la partie au-dessus du cageot est un peu grande .