vendredi 21 décembre 2012

Un peu d'histoire...





La MGB GT est un coupé un peu particulier. Contrairement à la plupart des coupés dont sont ensuite dérivés des cabriolets, celui ci est apparu après le cabriolet. De ce fait il est particulièrement rigide puisque sa structure est celle d'un cabriolet encore renforcée par un toit.
La MG B cabriolet est lancée en 1962 par la toute puissante British Motors Corporation (BMC), propriétaire de la plupart des marques britanniques de l'époque: Austin, MG, Riley, Wolseley, Morris, Austin-Healey et Vanden Plas. Autre époque, quand on voit ce qui reste de l'industrie automobile britannique aujourd'hui.
En 1965, le coupé GT est donc lancé, et il partage ses gènes anglais avec ceux des italiens de Pinifarina, qui ont donc dessiné la partie supérieure et ce hayon qui rappelle (de loin) les Aston Martin ou Jaguar de l'époque. Pourtant, la forme de custode évoque plutôt les dessins de Bertone (notamment sur les Alfa Roméo) que Pininfarina...Son pare brise plus haut donne à la MGB une allure plus étroite mais il faut bien ça pour passer sous le toit...
Chose étrange, ce coupé est doté d'une mini banquette arrière et est homologué parfois en quatre places...et parfois en deux places seulement! De toute façon, deux adultes ne peuvent pas rentrer à l'arrière. Des nains contorsionnistes sans tête, peut-être.
En 1968 La BMC devient British Leyland, mais la MGB poursuit son bonhomme de chemin en recevant progressivement de subtiles améliorations. Elle put ainsi recevoir le gros 6 cylindres de l'Austin Healey 3000 et devenir MGC en 1967, et enfin le V8 Rover uniquement sur la carrosserie GT en 1972 (qui n'existe pas en version française).
La mienne est de 1973, c'est une modeste 4 cylindres 1800cc, avec boîte 4 vitesses et Overdrive (un truc que seuls des anglais peuvent comprendre).
L'année 1974 sera difficile pour la MGB: les normes de sécurité américaines l'obligent à adopter de lourds et affreux pare-chocs en caoutchouc, et sa suspension est remontée de 3cm. Elle perd beaucoup de son charme 60's au passage. Elle sera de plus concurrencée en interne par Triumph qui rejoint le groupe Leyland.
Enfin, sa carrière s'arrête en 1980 avec au final plus de 500 000 exemplaires construits, tous modèles confondus, ce qui en fera la voiture de sport  la plus vendue dans le monde jusqu'à l'apparition de la Mazda MX5 dix ans plus tard. (à noter qu'à l'époque, une voiture un peu basse d'environ 60cv était considérée comme une voiture de sport...)

mardi 18 décembre 2012

ligne de crête

...vue d'ici.

jeudi 13 décembre 2012

impressions d'automne II




Quand on ne sait pas trop quoi photographier, quelques photos un peu floues font toujours bonne impression...

jeudi 6 décembre 2012

Et du coup...



C'était aussi l'occasion d'une courte promenade en MG. C'est fou ce que cette petite voiture fait tourner les têtes...(ça doit être le bruit et la couleur). J'ai l'impression que la plupart des gens s'imaginent que ça coûte une fortune (c'est pourtant bien moins cher qu'une Méhari)...Ils n'ont pas vu la rouille dessous!
Une fois quelqu'un m'a demandé si c'était la voiture de James Bond. Si c'est à l'Aston Martin qu'il pensait, je voudrais bien! Là on est quand même plus près de Mr Bean, voire Benny Hill.

lundi 3 décembre 2012

impressions d'automne




...le temps d'un samedi ensoleillé et froid...