lundi 27 avril 2015

Le Tour photo II








Quelque suite, et fin.

samedi 25 avril 2015

Le Tour Photo






















Quelques photos depuis derrière les barrières...heureusement que j'avais pris une longue focale.

vendredi 24 avril 2015

Autour du tour





Hier, Toulouse était une ville étape du tour de France auto. Un rallye qui rassemble parmi les plus belles et les plus rares automobiles d'Europe, des modèles des années 50 à 70. L'occasion de voir et d'entendre des Ferrari 250, Aston Martin DB6, Alfa Romeo TZ, et toutes sortes de raretés dont la cote dépasse au moins de 30 fois ce que vous êtes en train d'imaginer. Des voitures de musée, mais en tenue de sport, qui roulent, se salissent, s'abîment, sur routes ouvertes.
A l'arrivée du jour, à Toulouse, c'est donc l'occasion d'approcher ces merveilles, et j'ai le souvenir d'avoir pu les ausculter au plus près lors d'editions précédentes.
Oui, mais cette fois le public semblait tenu à l'ecart, ou du moins le public "standard". L'organisation faisant payer un tarif non négligeable ce qui n'était après tout que l'accès à un simple parking en plein air, certes bien garni.
Une pointe de déception donc pour cette édition, et très peu de photos possibles que je ferai partager prochainement. En attendant, des photos gratuites d'une auto abordable et magnifique, et qui n'a pas à rougir puisque certaines de ses soeurs participent au tour.

mardi 21 avril 2015

Petite suite monochrome




Le même jour, le même endroit, ou un peu autour.

dimanche 19 avril 2015

Une ruine retrouvée




J'ai retrouvé ce chemin par hasard: en faisant une petite promenade en MG, j'étais passé devant et m'étais souvenu qu'il y avait au bout de ce chemin, en haut de la colline, une ferme en ruines. J'y étais venu il y a à peu près cinq ans.
J'y suis donc retourné quelques jours plus tard, à la faveur d'une soirée douce et ensoleillée, pour constater que ça n'avait pas beaucoup changé.
Je ne sais pas quand cette ferme a été abandonnée: des poteaux électriques sans ligne y arrivent encore, et par endroits il y a eu des débuts de restauration avec la présence de béton sur certains encadrements. Toutefois elle est partiellement effondrée et la seule route qui y mène est ce chemin enherbé et pentu. Devant, un figuier envahit l'accès alors que dans un coin, sous les herbes rouillent de vieux outils agricoles. Tout autour, les restes d'un jardin et d'un verger qui reviennent à la vie sauvage.








Devant de tels endroits on se prend à rêver de leur redonner vie...
Le chemin du retour fut pimenté par une rencontre avec une couleuvre verte, inoffensive mais toujours impressionnante, d'autant qu'elle n'arrivait pas à escalader le talus (pas facile quand on n'a pas de bras) , commençait à paniquer et se tortillait en tous sens en sifflant pour me menacer. Bon, c'est peut être inoffensif mais je suis resté à distance...J'aime pas qu'un gros serpent vert me menace.



vendredi 10 avril 2015

Sète






J'ai découvert Sète et je pensais découvrir son port. Mais Sète est son port, ou plutôt son port est partout sauf, forcément, dans la vieille ville située sur la colline.
En plus d'être la ville où Mike Horn a décidé d'amarrer son Pangaea, c'est un drôle d'endroit où sur les trottoirs des bateaux de toutes tailles en cale sèche et des voitures s’entremêlent, parmi les filets et des containers plus ou moins rouillés. Au point qu'un piéton ne sait plus trop où passer, à part sur la route.
Les quais semblent trop petits pour tout ce monde, qui cohabite dans un parfait capharnaüm. Ici cela ne choque personne de se garer un peu trop près de panneaux de chalut. Car les énormes chalutiers sont en ville, tranquillement parqués par dizaines, puisque la ville est quadrillée de canaux, eux-mêmes traversés de multiples ponts mobiles, pour que tous ces canaux soient accessibles même aux plus gros bateaux.

jeudi 9 avril 2015

Balaruc suite






Je poursuis donc les vues de Balaruc, toujours en noir et blanc, car non, décidément, le bleu fait vraiment trop carte postale.
Et le noir et blanc fait ressortir ces géométries bétonnées de bord de plage méditerranéennes, même si  on est ici au bord d'un étang, sorte de mer sans profondeur ni marées.