vendredi 10 avril 2015

Sète






J'ai découvert Sète et je pensais découvrir son port. Mais Sète est son port, ou plutôt son port est partout sauf, forcément, dans la vieille ville située sur la colline.
En plus d'être la ville où Mike Horn a décidé d'amarrer son Pangaea, c'est un drôle d'endroit où sur les trottoirs des bateaux de toutes tailles en cale sèche et des voitures s’entremêlent, parmi les filets et des containers plus ou moins rouillés. Au point qu'un piéton ne sait plus trop où passer, à part sur la route.
Les quais semblent trop petits pour tout ce monde, qui cohabite dans un parfait capharnaüm. Ici cela ne choque personne de se garer un peu trop près de panneaux de chalut. Car les énormes chalutiers sont en ville, tranquillement parqués par dizaines, puisque la ville est quadrillée de canaux, eux-mêmes traversés de multiples ponts mobiles, pour que tous ces canaux soient accessibles même aux plus gros bateaux.

3 commentaires:

Nanou a dit…

Je vois que tu as fait des progrès en orthographe depuis la dictée de Pivot .Pour la syntaxe, rien à redire . Que du bonheur!

Anonyme a dit…

Cela faisait un bail que je n'avais pas écouter le cri ... je suis toujours aussi admirative !
Tu me fais rêver.
Bises à tes femmes
Sandrine et ses hommes

Gregory Lopez a dit…

Merci Sandrine! Ravi de te faire rêver!