lundi 28 septembre 2015

London #1




Premier voyage à Londres, à presque 39 ans. Il était temps.

samedi 26 septembre 2015

Un peu d'histoire...le vilain petit canard



La XJ-S (avec un "-" ) est née en 1975. Elle devait succéder à la Type E qui était devenue une référence en termes de style et de performances, mais qui devait passer la main après 14 années de production.
Mais alors que la Type E était une auto de sport issue de la compétition, sa remplaçante devait avant tout représenter des ventes accrues, et effacer les limites de la Type E dues à sa conception prévue pour une production artisanale. Jaguar décida donc d'en faire un coupé de luxe, performant mais aussi confortable que ses berlines dont il dérivera, pour séduire un public bien plus large.
Plus grande, plus lourde, la XJ-S est née avec le moteur V12 de 5.3L des dernières Type E et une boîte automatique. Mais en plein choc pétrolier, sa consommation de 20L/100 n'arrange pas ses affaires. Ni son style différent, qui tire un trait net et très seventies sur les rondeurs des Type E, ni le fait qu'elle est vendue à peu près au double du prix de cette dernière.
Par ailleurs, l’Angleterre entre dans une période sombre de son histoire industrielle, et la qualité des produits s'en ressent. Le V12, en plus d'être gourmand, n'est pas très fiable et la mécanique complexe de la XJ-S difficile à réparer.  Tant et si bien qu'en 1981 apparaît une version H.E. pour High Efficiency, censée être plus fiable, plus performante et moins gourmande. Au passage, à l'intérieur, la XJ-S gagne des inserts en bois, absents des premières versions, comme des Type-E d'ailleurs. Puis viendront des 6 cylindres, dans plusieurs évolutions, et le modèle ne cessera de s'améliorer jusqu'en 1996, soit une belle carrière de 21 ans.

Ce modèle-ci date de 1988, et le moteur est un "petit" 6 cylindres de 3.6L. Moteur apparu en 1983 dans le but toujours d'améliorer la fiabilité et de baisser la consommation. De fait, ici on peut facilement la maintenir autour des 12L/100, ce qui est raisonnable pour l'époque et pour une voiture si lourde.

Mais une Jaguar de 27 ans, en 2015, ça veut dire quoi?
Dans un premier temps il faut saluer l'exploit d'avoir fait une voiture aussi longue, avec aussi peu de place dans l'habitacle. En contrepartie, celui-ci offre un confort remarquable.
Mais le luxe de 1988 se trouve être juste un peu inférieur à ce qu'on trouve dans une twingo de 2015. Des vitres électriques, les retros aussi (bon ceux là ne fonctionnent pas...),un ordinateur de bord qui vous donne la consommation instantanée, et donc des frissons, et quand même, une option sur ce modèle, des sièges chauffants. Il y a une direction assistée et une climatisation, bref comme tout le monde.
Et le moteur me direz-vous? 220 chevaux ça doit arracher le bitume non? Ne vous y trompez pas, la grande aristocrate se déplace avec douceur et élégance, d'autant qu'elle traîne un poids équivalent à trois 2cv tous pleins faits...
Mais l'immense avantage de ce modèle, mal né comme le vilain petit canard, mais qui n'a fait que s'améliorer en vieillissant, c'est qu'il se trouve encore pour une poignée de cacahouètes, à peine plus pour un modèle en très bon état. Par ailleurs, il semble qu'il gagne peu à peu de l'intérêt auprès des amateurs, à mesure que les Type E atteignent des sommets stratosphériques, on peut donc imaginer qu'elle redeviendra respectable dans les années qui viennent.





mardi 22 septembre 2015

The knights who say ni







Château royal écossais à l'histoire bien remplie depuis le XIVe siècle, le château de Doune devint prison au XVIIIe, dont un prisonnier s'évada en nouant ses draps. Comme dans les films.
Oui mais à propos de films, ce château est avant tout, et bien avant ces banales considérations historiques, depuis 1975 celui du film "Sacré Graal" des Monty Python.
Celui d'où les vaches volent par dessus les murailles, et dont les chevaliers disent Ni.

lundi 21 septembre 2015

Skye - paysages variés suite






Les deux dernières sont encore à proximité de Dunscaith Castle, à Tokavaig.
La première est une route écossaise typique: une seule voie, et des "passing places" de temps à autre. Et autour...rien.

mercredi 16 septembre 2015

Dunscaith Castle






Que serait l'Ecosse sans un château en ruines sur un rocher battu par les vents.
Celui-ci, Dunscaith Castle près de Tokavaig, sur la péninsule de Sleat, appartenait originellement au Clan Mac Donald de Sleat, jusqu'à ce que ceux d'en face, les Mac Leod, ne décident de leur prendre, pour le donner à leurs amis les Mac Askills.
(Il paraît que Connor s'en souvient encore)
Les Mac Donald ne se laissèrent pas faire et leur reprirent au XVe siècle.
Toutefois, ils n'en profitèrent pas longtemps car le château fut bientôt repris par le roi James 1er d'Ecosse, mais qui finalement leur en laissa l'usage, et ils le quittèrent définitivement au XVIIe siècle.
(source Wikipedia)

Bon, personnellement, vu le confort et les courants d'air à cet endroit, même au mois d'août, je ne me serais pas battu autant et serais parti en construire un autre dans un coin un peu plus clément.
Mais les Mac Donald sont opiniâtres, et il semble que finalement ça leur a réussi...?

mardi 8 septembre 2015

Skye - au bord de la mer








Tranquille à la plage de Glenbrittle (1), ou plus varié à Tokavaig (les autres).

lundi 7 septembre 2015

Skye - trouée de soleil





alors que nous étions sur la route, une trouée de soleil après la pluie a illuminé les montagnes, ce qui a imposé un rapide arrêt photo.
Nous n'avons eu qu'une seule occasion de voir ce genre de lumières qui donne une autre dimension au paysage, avec des contrastes saisissants. Il aurait fallu rester plus longtemps...

dimanche 6 septembre 2015

Skye - paysages variés









Paysages variés, mais avec le point commun d'un ciel parfois chargé, parfois menaçant, parfois sombre. Et parfois, une pluie cinglante venait écourter nos sorties.
Tout cela participe énormément à la grandeur des lieux.